Centenaire de la mobilisation à ALENCON

101914_2357_Centenaired5

                    

Centenaire de la mobilisation à ALENCON

1914 – 2014

101914_2357_Centenaired4.jpg

Projet en partenariat avec le Conseil Général de l’Orne, la municipalité d’Alençon et le Souvenir Français qui a obtenu le label de la mission centenaire.


 

Rappel historique :

1er août 1914 : Mobilisation générale.
Sur les murs des communes de France apparaissent les affiches de la mobilisation générale : « Par décret du président de la République, la mobilisation des armées de terre et de mer est ordonnée, ainsi que la réquisition des animaux, voitures et harnais nécessaires au complément de ces armées. Le premier jour de la mobilisation est fixé au 2 août 1914. Tout Français soumis aux obligations militaires doit, sous peine d’être puni avec toute la rigueur des lois, obéir aux prescriptions du fascicule de mobilisation (pages colorées placées dans son livret). » Cependant le président de la République, Raymond Poincaré, dit encore : « La mobilisation n’est pas la guerre. » Le maréchal Lyautey, à l’annonce du conflit qui s’engage, grogne : « La plus monumentale ânerie que le monde ait faite… »

Dans l’Orne les régiments d’active vont partir. A Alençon le 103ème Régiment d’Infanterie et le 14ème Régiment de Hussards, à Argentan le 104ème Régiment d’Infanterie et à Domfront un bataillon du 130ème Régiment d’Infanterie. Dans les jours qui vont suivre des régiments de réserves seront mis sur pieds, 303ème et 304ème Régiment d’Infanterie ainsi que des régiments Territoriaux..

Afin d’obtenir une mobilisation rapide, ces régiments sont constitués de soldats de la région : Orne, sud Calvados et nord Sarthe.

Les troupes sont acheminées par voie ferrée vers l’est de la France. Les régiments ornais gagnent Verdun en passant par Paris, puis ils se dirigent à pieds vers la frontière belge qu’ils atteignent le 20 août 1914. Ils progressent pour rechercher le contact avec les forces allemandes qui ont envahi la Belgique.

22 août 1914 : Ethe.

Le 22 août à 5 heure du matin, le 14ème hussards progresse dans le brouillard en direction de Ethe. Il entre en contact avec des patrouilles de uhlans qu’il poursuit dans le village.

Derrière, les régiments d’infanterie avancent et s’engagent dans les rues déjà encombrées.

Lorsque le brouillard se lève, les Français s’aperçoivent que les hauteurs sont tenues par l’armée allemande qui déclenche un feu d’artillerie effroyable.

Le combat va durer toute le journée et les Français, menacés d’encerclement, parviendront à se dégager avec la nuit .

Les pertes sont de 3500 tués, blessés ou prisonniers, avec un fort pourcentage de Ornais.

Le lendemain les Allemands ivres de rage pénètre dans le village en ruines et massacre les blessés français abandonnés et la population belge qui les soigne.141 civils sont exécutés.

Le Souvenir à Ethe

Depuis bientôt un siècle la population du village d’Ethe commémore les évènements du 22 août. Autrefois les anciens combattants de l’Orne faisaient le déplacement.

Depuis la disparition des poilus, les Ornais sont peu nombreux aux cérémonies (nous étions 3 en 2010 et 2011)

Il y a plusieurs nécropoles autour de Ethe et chaque habitant est invité à parrainer la tombe d’un soldat français. Le parrain fleurit la tombe et place une lanterne à la nuit tombante sur la croix.

Le lendemain une marche de 8 à 10 km est organisée et des haltes sont prévus. Un organisateur ( en uniforme français ou en tenue civile d’époque) relate les évènements ou fait la lecture d’un texte écrit par un témoin.

A l’occasion du centenaire de ces événements, l’Orne se doit d’organiser des manifestations pour rappeler le sacrifice des 10700 Ornais tués dans ce conflit

Projet de cérémonie à Alençon le 2 août 2014

Pour marquer le 100ème anniversaire de la mobilisation générale de 1914, le Souvenir Français de l’Orne propose d’organiser des commémorations qui associeraient, les services de l’Etat, le Conseil Général et la Ville d’Alençon.

Il serait également souhaitable de faire participer les associations de Ethe qui entretiennent la flamme du souvenir en Belgique. Celles-ci sont disposées à faire le voyage et à revêtir leurs tenues d’époque. Elles pourraient également en prêter.

Les grandes lignes du programme.

  • La ville évoque le départ du 103ème RI de la caserne de la Sénatorerie, avec des figurants en tenue. Arrêt au monument du 103 à Montsort pour un dépôt de gerbe. Déplacement en cortège jusqu’au Conseil Général.
  • Le Conseil Général évoque l’arrivée des rappelés au quartier Lyautey, le rassemblement du 14ème Hussards dans la cour principale, les honneurs à l’étendard, puis le départ vers le monument aux morts .
  • Cérémonie officielle au monument aux morts organisée par les services de la préfecture et le DMD. Les figurants se regroupent en silence sur l’esplanade en herbe entre les avenues de Basingstoke et de Quakenbuck.

Plan des différents circuits dans la ville

-1. Départ de l’ancienne caserne du 103ème .

-2. Monument du 103ème RI.

-3. Quartier du 14ème Hussards.

– 4. Monument aux morts

 

Date de la commémoration :

Elle se déroulerait le samedi 2 août 2014 ( date historique).

Le programme serait le suivant :

Arrivée de la délégation belge le 1er août midi, installation dans leurs logements, et repas pris en commun .

Le 1er août au Après-midi, de 14h 00 à 17h 00 visite guidée de la ville puis réception à la mairie, 20h 00 repas .

Après-midi, reconnaissances et répétitions des cérémonies du lendemain.

Le 2 août à 9 h 00, rassemblement des fantassins en tenue, à l’ancienne caserne du 103ème Régiment d’infanterie, 9 h 30 départ en ordre vers le monument du 103ème RI où se déroulera un dépôt de gerbe.

10 h 00, défilé à travers la ville vers le Conseil Général (ancien quartier du 14ème Hussards ) où nous retrouverons les cavaliers.

Au Conseil Général.

Dès 9 h 00, arrivée des figurants et des chevaux.

9 h 30, début de l’animation. Ouverture de la grille principale, mise en place de la garde en tenue de hussards.

Arrivée des recrues en civil qui partent derrière les bâtiments et réapparaissent en tenue et à cheval (20 cavaliers environ).

10 h 30, tous les figurants sont rassemblés dans la cour du C.G. Les invités sont en place. L’étendard du 14ème Hussards, (sa reproduction) sort du bâtiment du Président, porté par un hussard en tenue et est confié a l’officier porte-étendard, à cheval.

Les Honneurs sont rendus à l’étendard.

11 h 00, sortie du quartier, dans l’ordre : Garde à l’étendard, cavaliers, fantassins, drapeaux d’associations, personnalités. Déplacement vers le monument aux morts de la ville.

11 h 30, cérémonie officielle.

Vers 12h00, vin d’honneur et repas sous forme d’un buffet.

Dans l’après-midi sont prévues différentes activités :

– 15 h 00 conférence par Mr Bourdin salle d’écouves « Les Ornais dans les 6 premiers mois de guerre »

– 17 h 00 Dépôt de gerbe au monument du 14ème Hussards

– Expositions sur la guerre au musée des beaux-arts

Organisation matérielle :

Il faudrait redonner à l’entrée du Conseil Général, l’apparence de l’entrée du 14ème Hussards (pour quelques heures seulement ).


Installation d’une guérite et mise en place de figurants : sentinelle en tenue, corvée de balayage, sous-officier à cheval, allées et venues dans la cour, etc…

Tous les mouvements de véhicules modernes se feront par l’arrière des bâtiments.

Le boulevard de Strasbourg, interdit à la circulation, est partagé sur sa longueur par des barrières de ville.

La moitié de la chaussée (côté Conseil Général) est réservée aux animations, l’autre moitié est réservée au public.

Les animations comprennent le passage de voitures d’époque (du club de Fyé ), des voitures hippomobiles, des vélos anciens et des piétons en costumes, les différents véhicules conduisent au quartier les soldats qui rejoignent leur affectation.

Les civils partent derrière les bâtiments et par le même itinéraire, on voit apparaître un détachement de 20 cavaliers en uniformes de hussards.

Le détachement s’aligne dans la cour pour les honneurs à l’étendard.

L’étendard et sa garde :

Le véritable étendard du 14ème RH , beaucoup trop usé ne peut pas être porté à cheval une reproduction sera réalisée .


La réalisation de tenues de Hussards :

Pour une présentation suffisamment étoffée 23 cavaliers sont prévus.

  • 1 Colonel
  • 1 Capitaine
  • 1 Lieutenant porte-drapeau
  • 5 Sous-officiers et brigadiers
  • 18 Cavaliers.

Les tenues des cavaliers seront prêtées par l’association de Ethe, en revanche les tenues des gradés sont à faire fabriquer (1000 € pièce environ).

Les chevaux seront empruntés dans le département, le rassemblement et les transports nécessiteront un défraiement.

La sellerie sera, soit empruntée à la garde républicaine ou fournie par les cavaliers figurants.

Articles par dates