Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC)

 ONAC-001

 

 

Né au coeur de la Première Guerre mondiale, devant l’urgence des souffrances humaines, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), établissement public d’Etat, continue, aujourd’hui encore, à apporter un soutien moral et matériel à près de 3,5 millions de ressortissants : anciens combattants, pupilles de la Nation, veuves de guerre, harkis, victimes de terrorisme…

 

Le premier Office a été créé en 1916, au cœur de la Première Guerre mondiale.

Il s’appelait alors l’Office national des mutilés et réformés, était rattaché au ministère du travail et était chargé de rendre hommage, de reconnaître l’engagement, le sacrifice, la souffrance de ces milliers de soldats qui combattaient pour la liberté de la France.

Mais bientôt ce seul Office ne suffit plus. En 1917, l’Etat décide de créer un second Office : l’Office des Pupilles de la Nation chargé, celui-ci, de prendre en charge les milliers d’enfants devenus orphelins au cours de ces années de guerre.

 

ONAC-002Cet Office est placé sous tutelle du ministère de l’instruction publique et ses moyens financiers deviennent rapidement très importants au vu du nombre d’aides à apporter. Il est d’ailleurs prévu par le Traité de Versailles que les dépenses de cet Office soient mises à la charge de l’Allemagne.

Enfin, en 1926, après la Grande Guerre, un troisième Office est créé : l’Office du combattant affecté à la prise en charge des besoins généraux des anciens combattants.

Cet Office est destiné à la catégorie des anciens combattants non pensionnés, c’est-à-dire ni blessés, ni mutilés, ni invalides. Ils sont 3 millions environ en 1926. L’office doit notamment gérer toutes les questions d’assistance, d’assurance, de prévoyance sociale, de crédit, de chômage, etc…

ONAC-003

Ces trois organismes fusionnent en 1935 pour devenir l’Office national des mutilés, combattants, victimes de la guerre et pupilles de la Nation. A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, en 1946, l’Office prend son appellation actuelle : Office national des anciens combattants et victimes de guerre – ONACVG – et entreprend de se moderniser afin de s’adapter, notamment, à de nouvelles catégories de ressortissants comme les déportés ou les internés.

Au fil des conflits successifs qui ont marqué l’Histoire de la France depuis le début du XXème siècle, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre a vu s’enrichir les facettes de ses missions fondatrices de reconnaissance et de réparation. Sa devise actuelle « Mémoire et Solidarité » rappelle que l’établissement public s’investit pleinement dans la préservation des droits matériels et moraux du monde combattant, mais aussi dans la transmission des valeurs de ce dernier.

Aujourd’hui, l’ONACVG, est un établissement public, sous tutelle du ministère de la défense. Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, il a été confirmé dans ses missions par le Gouvernement et se voit confier des responsabilités supplémentaires à l’égard du monde combattant.

Plus de 90 ans après, l’ONACVG continue donc d’apporter soutien moral et matériel à ses 3,5 millions de ressortissants et veille à préserver ce lien unique et privilégié qu’il entretient avec le monde combattant.

 

www.onac-vg.fr  –  www.bleuetdefrance.fr

Articles par dates